T’es qui là rapido meet Olivia, account manager !

Ce mois-ci, on a relevé le défi de l’interview en télétravail ! Au bout du fil, Olivia, account manager chez tequilarapido depuis près d’1 an. Rencontre avec une passionnée qui a de l’énergie à revendre, pour parler de son expertise et ses missions.

Raconte-nous un peu le parcours qui t’a mené chez tequilarapido ?

À la base, je viens d’un monde complètement différent : le secteur des cosmétiques et du luxe. J’ai notamment travaillé à Paris et à New York sur l’identité de marque, le marketing et le design. Puis je suis revenue dans ma ville natale, Nice. Là-bas, j’ai découvert tequilarapido par hasard, alors que je travaillais, en reconversion, dans la vente de mobilier design. Je suis arrivée pour meubler leurs locaux et je suis repartie avec un nouveau job ! Ils cherchaient justement quelqu’un avec mon profil, qui avait travaillé sur le développement commercial en France et à l’international. Ça a tout de suite collé !

Quelles sont les missions d’un account manager ?

Faire le lien entre la direction conseil et la réalisation du projet, pour s’assurer que c’est en phase avec ce qui avait été acté. Et évidemment faire le lien avec les clients, pour les conseiller sur leurs problématiques tout en les aidant à voir au-delà. Gérer ses comptes tout en faisant preuve de proactivité. Bref, il faut être un vrai couteau suisse !

Les 3 qualités pour bien faire ton job selon toi ?

Chez tequilarapido, nous nous concentrons principalement sur 3 aspects :

  • Un bon relationnel : C’est important d’échanger avec les gens, aussi bien à l’externe qu’à l’interne. Créer une relation de confiance avec eux, les embarquer et leur donner envie de prendre tes sujets à cœur. Savoir faire passer le message du client auprès de l’équipe, mais aussi savoir défendre le travail des expertises auprès du client. On doit prendre en considération chaque partie prenante du projet.
  • L’agilité : Entre la stratégie, le développement commercial, les objectifs financiers, les négociations sur les devis et les plannings, les relectures de recommandations et le soutien du chef de projet… Le terme de couteau suisse est une réalité. Il faut donc savoir passer d’un sujet à l’autre rapidement !
  • La rigueur : Être très organisé, pour bien accompagner les équipes internes. Sinon, on peut vite se retrouver submergé !

Raconte-nous ta journée type chez tequilarapido !

Une journée type chez tequilarapido, ça n’existe pas, si ce n’est que ça commence toujours pas une tasse de café et qu’il y a souvent des réunions ! Que ce soit en interne, pour cadrer et faire avancer les sujets, ou à l’externe avec les clients, pour les accompagner au quotidien. C’est ce qui nous permet d’assurer un véritable suivi avec chacun de nos comptes. Et c’est ce qui fait la différence pour nos clients.

Ce que tu préfères dans ton job ?

Justement, le fait qu’il n’y ait pas de journée type ! Ce qui me plaît, c’est la diversité des interlocuteurs internes & externes et la richesse de tous les sujets traités ! Le fait de ne pas toujours travailler sur la même marque ni la même problématique. Chaque jour, on apprend de nouvelles choses et on relève de nouveaux challenges, pour résoudre les problématiques de nos clients et les aider au quotidien.

Et en ce moment, tu travailles sur quels comptes ?

Je m’occupe de Bouygues Construction et Nissan comme comptes principaux dans mon portefeuille clients. J’ai aussi pour mission de gérer les premières prises de contact de tout nouveaux clients et d’identifier de nouvelles opportunités.

Ton truc pour chouchouter les clients ?

Savoir les écouter, aussi bien sur le plan personnel que professionnel, et leur faire gagner du temps en les déchargeant de certaines choses. Être un réel partenaire, pour leur apporter les bonnes solutions, c’est essentiel.

Aujourd’hui, avec le contexte actuel qu’on connaît, quel regard portes-tu sur la communication ?

Un des éléments clés identifié depuis la rentrée, c’est le fait que nos clients ont une véritable problématique en termes de communication interne. Pour fédérer et engager leurs collaborateurs, à cause du confinement, du télétravail, et des événements qu’on ne peut plus organiser. Pour y répondre, il existe de nombreuses initiatives qui rapprochent les personnes, notamment le gaming, l’employee advocacy ou encore le podcast. C’est donc important pour nous de les accompagner dans ce contexte particulier en leur proposant des stratégies inédites. Parce qu’il faut forcément adapter sa manière de communiquer dans un contexte de crise, pour ses audiences externes comme pour ses collaborateurs.

Pour le coup chez nous, je trouve que cela nous a renforcé. On est devenus des pros de Google Meet (rires). Échanger à distance, mais par webcam nous a permis de conserver le lien et on a même accueilli des nouveaux collaborateurs en plein confinement qui se sont très bien intégrés.

Un conseil à quelqu’un qui voudrait faire ton métier ?

Il faut aimer avoir des journées à 1000 à l’heure et travailler sur beaucoup de sujets différents à la fois. Moi j’adore !

Écrit par Anaïs Bence, responsable éditoriale chez tequilarapido